La famille Girardin est présente en Bourgogne depuis 1570, Justin Girardin étant la 13e génération. Après des études à Beaune et Bordeaux, et un stage en Tasmanie, Justin revient au domaine en 2013. Il travaille aux côtés de ses parents, Valérie et Jacques, qui avaient racheté le domaine de son oncle Vincent Girardin.

Justin est à la tête d’un domaine de 17 ha qui s’étend de Santenay à Savigny les Beaune en passant par Chassagne Montrachet et Pommard. Riche d’un savoir-faire ancestral et d’une énergie inépuisable, il fait preuve chaque jour de détermination et d’audace. Ses expériences en dehors de la Bourgogne apportent modernité et créativité dans l’élaboration de ses vins.

Toujours épaulé par ses parents, Justin développe l’entreprise familiale. Sa vision est simple : toujours se remettre en question pour rechercher la meilleure qualité possible et permettre à chaque vin d’être l’expression la plus pure de son terroir. Chaque parcelle va produire un vin différent avec rigueur, minutie et intelligence.

Avec le talent apparemment ancré dans cette lignée, Justin est plus qu’un nom à surveiller. On dit qu’il est sans aucun doute l’un des jeunes noms les plus excitants qui ont émergé à Santenay ces dernières années, et ses vins offrent un rapport qualité-prix étonnamment bon. Il a hérité son domaine de 17 hectares de son père, Jacques, et au cours des dernières années, a transformé les vins de ce domaine. Il a travaillé tranquillement dans les vignes et à la cave pour transformer ce qui était du Santenay rustique à l’ancienne, en Bourgogne rouge et blanc frais, vibrant et excitant à partir de certains des meilleurs terroirs de la Côte de Beaune. Ses exploitations couvrent également Savigny-les-Beaune, Maranges et Pommard et son engagement à laisser transparaître le terroir dans ses vins est évident. Il ne cultive que du Chardonnay et du Pinot Noir qu’il travaille en bio. C’est un domaine en plein essor et Justin Girardin est un nom à surveiller.

Seule la levure indigène est utilisée, et il est rare de ressentir l’influence du chêne neuf dans l’un des embouteillages de Justin. La famille croit en la diversité clonale à la fois comme moyen de préserver la culture et comme moyen d’augmenter la complexité des vins finis. On trouve un nombre vertigineux de sélections clonales dans chacun de leurs vignobles. Ce sont des Bourgognes de précision, mais aussi des vins d’une valeur inestimable.

Vigilant sur le bien-être de ses vignes, il n’intervient qu’à bon escient pour l’entretien du vignoble dans la logique d’une agriculture saine et toujours plus respectueuse de son environnement. L’homme ne travaille pas seulement un vin, mais une alchimie entre la terre, le ciel et la plante. Il ne cherche pas à dominer le processus, mais à l’accompagner au mieux.

Visitez le site web du producteur